L’invité d’honneur – Philippe LEJEUNE

Le Peintre de l’art sacré

Au début de la Seconde Guerre Mondiale, Philippe LEJEUNE s’installe avec ses parents et ses deux frères à Étampes. Il est alors élève du peintre Maurice DENIS, qui lui apprend les fondements de l’art sacré.

 

Philippe LEJEUNE par lui même :

P Lejeune dans l'Ateler

Je suis né à Montrouge,
le 15 novembre 1924.

Ma mère était très musicienne et tenait la partie de violon dans un quatuor d’amateur.
Mon père traversa la vie en compagnie de Montaigne et d’Eschyle qu’il lisait dans le texte.
J’ai appris à lire dans les livres qu’il avait annotés et ce que j’ai compris, c’est ce qu’il avait aimé.
Études classiques au Collège Stanislas à Paris.
A 13 ans, grâce à ma mère, je suis un habitué du Louvre.
En 1941, je rencontre Maurice Denis qui m’accepte dans son « atelier d’art sacré » de la place Furstenberg. Je profite des conseils de Georges Desvallières et deviens élève de Jean Souverbie. J’obtiens une bourse de voyage au Prix National.
1948, Séjour en Océanie. Je me marie en 1951 et ai le bonheur d’avoir trois filles.
Pendant onze ans, et sans interrompre la peinture, j’exécute des maquettes, cartons et peintures sur verre de vitraux. Nombreuses églises en Normandie et en Bretagne.
A partir de 1960, des contrats réguliers me permettent de vivre de mes tableaux: Connaissance des Arts, Galerie de Paris, collectionneurs, Galerie Gorosane.
1962, Participe à l’école de Paris à la Galerie Charpentier; « Prix du livre gravé de l’Institut »
1964 – 1968, Galerie de Paris.
Voyage au Népal et séjour en Inde.
En 1969, Ouverture d’un atelier d’Arts plastiques à Étampes, atelier qui demeure en s’agrandissant toujours.
En 1970, ouverture d’un atelier de peinture et gravure en milieu carcéral à Fleury -Mérogis. Galerie Durand Ruel, Paris – Séjour en Inde.
En 1974, je suis nommé « sur œuvres » conservateur du musée d’Étampes.
1975, Médaille d’or des Artistes Français.
1980, Galerie Gorosane, Paris.
J’expose régulièrement au Salon des Artistes Français, ou j’ai obtenu, en 1989, la médaille d’Honneur. La Fondation Taylor m’a honoré du prix Baudry.
« Je demeure attaché à la peinture d’histoire d’inspiration biblique, sans négliger le portrait« .
« Mes élèves me font beaucoup d’honneur et les récompenses qu’ils obtiennent aux concours de l’Institut me laisse croire au bien-fondé de mes conseils. »
1982, Prix de l’Orangerie, Versailles.
1983, Grand Prix Baudry pour l’ensemble de l’œuvre peint décerné par la Fondation Taylor.
1985, Prix du Salon des Artistes Français.
1989, Médaille d’honneur des artistes Français.
Depuis 1990, vice-président de la Fondation Taylor.
Depuis 1994, Expositions régulières Galerie Mouvances, Paris.
2000, Galerie Mogabgab, Beyrouth.
2001, Peintre des Armées. Grand prix du salon des armées des Invalides.
2006, Chevalier de la légion d’honneur.